Jorge Camacho

Cuba
1934 - 2011

Jorge Camacho, né le 5 janvier 1934 à La Havane, et mort le 30 mars 2011 à Paris, est un peintre, dessinateur, graveur cubain lié au surréalisme.

En 1952, il abandonna ses études de droit pour se consacrer entièrement à la peinture.

Au Mexique, en 1959, il rencontra le peintre José Luis Cuevas et ensemble ils entreprirent un long voyage aux sources de la culture maya.

Camacho arriva à Paris en 1959, où il retrouva son ami, le sculpteur Agustín Cárdenas qui le présenta à André Breton en 1961. Il intégra très vite le groupe surréaliste. « Celui qui piège », ainsi que le désignait Breton en 1964, restera fidèle à ses premiers engagements.

L'espace pictural de Jorge Camacho aborde des mondes torturés, où l'ésotérisme le plus sophistiqué côtoie un chamanisme surprenant. Au-delà de ces marques, les tableaux de Jorge Camacho expriment un univers poétique, sous l'éclairage raffiné d'une palette fauve.

Écriture, photographie, musique — c'était un amoureux du jazz et du flamenco — tout comme sa passion pour l'alchimie, l'occultisme ou l'ornithologie sont des appoints décisifs à son travail de peintre.

Il a illustré notamment les œuvres poétiques de Jean-Pierre Duprey, Gilbert Lely, Guy Cabanel, Joyce Mansour, Claude Tarnaud.

Il a traduit de l'espagnol en français des poèmes de Magloire Saint-Aude.

Jorge Camacho vivait et travaillait entre Paris et l'Andalousie depuis 1975.

"Tout le monde parle de surréalisme, mais bien peu le comprennent," Jorge Camacho.

Expositions

  • 1962 - Deuxième exposition personnelle à la galerie Daniel Cordier intitulée "L'Immaculée Conception des papes". Elle s'inspire de l'œuvre férocement anticléricale de l'écrivain allemand Oskar Panizza et elle est organisée avec le concours du groupe surréaliste.
  • 1967- C'est l’œuvre de Raymond Roussel qui lui inspire l'exposition "HARR", à la galerie Matthias Fels, ainsi qu'un recueil de poèmes, "L'Arbre acide".
  • 1969 -  "Le Ton haut", inspirée par l'alchimie traditionnelle, remise à l'honneur dans les cercles surréalistes par René Alleau et Eugène Canseliet. Elle inspirera également une exposition à la Galerie de Seine, en 1975 : "La Danse de la mort", préfacée par René Alleau lui-même, ainsi qu'un traité hermétique original, conçu en collaboration avec Alain Gruger, Héraldique alchimique nouvelle, publié en 1978 (aux éditions du Soleil noir).

Bibliographie

  • Sarane Alexandrian, Les Peintres Surréalistes, Hanna Graham, 2009
  • Adam Biro et René Passeron, (sous la direction de), Dictionnaire général du Surréalisme et de ses environs, Office du livre, Fribourg, Suisse et Presses universitaires de France, Paris, 1982
  • André Breton, Le Surréalisme et la peinture, Éditions Gallimard, Paris, 1965
  • Gérard Durozoi, Histoire du mouvement surréaliste, Édition Hazan, Paris, 1997, Nouv. éd
  • Christian Nicaise, Jorge Camacho, les livres illustrés, L'Instant perpétuel, Rouen, 2009
  • José Pierre, L'Abécédaire, Éditions Eric Losfeld, Paris, 1971
  • Anne Tronche, Jorge Camacho, vue imprenable, Éditions Palantines, 2004 (nombreuses reproductions, biographie et liste des expositions jusqu'en 2003)
  • Jorge Camacho. Hantise de la virginité. 1965. Présentation de Christian Nicaise, Rouen, L'Instant perpétuel, 2011

Edition

Les autres œuvres dans l'édition « Poemas para mirar  »

Poemas para mirar
Poemas para mirar
Poemas para mirar
Poemas para mirar
Poemas para mirar

Poemas para mirar

Edition Editart

Personnage